Page d'accueil > Elever les jeunes oiseaux > Risques lors de l'élevage d'un oiseau sauvage

Risques lors de l'élevage d'un oiseau sauvage

Si vous parvenez à proposer une nourriture et un habitat le plus proche possible des conditions naturelles à votre protégé, vous remplissez déjà deux conditions indispensables à sa réintroduction dans le milieu naturel. Mais il y a d'autres aspects à prendre en considération afin de permettre au jeune oiseau de survivre en liberté. En effet, il faut lui permettre de conserver ses instincts ce qui signifie qu'il ne doit pas finir par considérer l'humain comme source de nourriture et encore moins comme un/e possible partenaire de couple.

Imprégnation indésirable par l'homme
Fauvette et Mésange à longue queueIl est toujours problématique d'élever un oisillon seul qui ne connaît pas d'autres congénères pouvant lui servir de référence Dans ce cas il peut acquérir une imprégnation indésirable par l'Homme. Non seulement il se montrera très confiant à l'égard de l'Homme mais finira par le considérer comme appartenant à sa propre espèce, ce qui est particulièrement problématique pour sa future réintroductiondans la nature. Il ne s'envole qu'avec réticence et revient vers l'Homme ce qui peut paraître attendrissant. Cette recherche permanente de la proximité de l'Homme peut créer des situations difficiles, dans lesquelles certaines personnes peuvent prendre peur. S'il s'agit de corvidés, il peut même y avoir des confusions et des agressions: en effet, un corbeau peut commencer à "défendre" l'homme ou la femme qu'il considère comme son/sa partenaire contre d'éventuels concurrents. Cela peut être extrêmement désagréable.
La photo montre une Fauvette et une Mésange à queue longue, qui ont été élevées ensemble.
Photo © Dagmar Offermann

 'Amitié' entre un Moineau friquet (à gauche) et un Gobemouche grisIl est donc très important d'élever un oiseau juvénile avec des congénères. Il n'est pas indispensable qu'ils soient de la même espèce. Les membres de notre équipe ont observé des "amitiés" entre un Moineau domestique et une Mésange charbonnière ainsi qu'entre un Rougequeue noir et un Rougegorge familier. Sur le côté vous pouvez voir une photo attestant d'une telle "amitié" entre un Moineau friquet et un Gobemouche gris. Les deux oiseaux ont été élevés ensemble avec succès.
Photo: "Amitié" entre un Moineau friquet (à gauche) et un Gobemouche gris, © Bianca Scherleitner

Les mésanges en particulier ont malheureusement tendance à développer une grande confiance et familiarité à l'égard de l'Homme ce qui rend très difficile leur réintroduction dans le milieu naturel. Les corvidés aussi devraient toujours être élevés en compagnie d'autres représentants de cette famille, à savoir des Corneilles, Pies ou Geais des chênes. En effet, ils sont également susceptibles de subir une imprégnation indésirabl par l'Homme. Des relations entre oiseaux de différentes espèces sont toujours à privilégier par rapport à une relation trop étroite avec l'Homme. Il faut donc éviter d'élever un individu isolé d'autres oiseaux et chercher à le confier à un centre de soins.

Si vous êtes en possession d'un certificat de capacité et autorisé à prendre soin d'une espèce sauvage, le centre de soins (s'il est dans l'incapacité d'accueillir votre protégé) pourra éventuellement vous confier un autre oiseau.

Moineau domestique avec une imprégnation indésirableSi malgré tous vos efforts, vous n'arrivez pas à faire prendre en charge votre oiseau par un centre de soins et si par conséquent vous êtes obligé à l'élever sans compagnon, vous devez faire preuve d'une grande discipline et ne pas céder à la tentation d'en faire un animal de compagnie. Evitez d'avoir une relation trop proche ainsi que tout contact inutile. Approchez-vous de votre protégé uniquement pour lui donner à manger et retirez-vous immédiatement après. En particulier les enfants ont du mal à se conformer à de telles règles. C'est uniquement à cette condition que vous arriverez à éviter une imprégnation par l'Homme.
Si vous même, vous ressentez le besoin de vous rapprocher d'un oiseau, il vaut mieux se renseigner auprès de la SPA, afin d'y adopter des oiseaux qui auraient été abandonnés par leurs propriétaires. Photo: Moineau domestique avec une imprégnation indésirable © Elisabeth Scherer

Si malgré votre retenue, l'oiseau se révèle trop apprivoisé, dans la plupart des cas un séjour d'environ deux semaines dans une grande volière à l'extérieur l'aidera à atteindre son autonomie. Le plus souvent et avec un peu de chance, même un oiseau apprivoisé retrouvera ses instincts d'oiseau sauvage.

Imprégnation indésirable à d'autres animaux domestiques
Un Verdier d'Europe imprégné par un Cochon d'IndeSi vous êtes propriétaire d'un chat, d'un chien ou d'un autre animal domestique, il faut éviter le plus possible les contacts, même visuels, entre l'animal et l'oiseau dont vous vous occupez. D'une part, votre animal pourrait considérer l'oiseau comme une proie et provoquer des moments de panique. D'autre part, votre animal pourrait se montrer indifférent à l'égard de l'oiseau ce qui pourrait s'avérer fatal pour celui-ci, une fois remis en liberté. En effet, il ne saurait pas identifier les prédateurs potentiels. Une rencontre anodine avec un chat domestique pourrait, plus tard, avoir des conséquences fatales pour l'oiseau.
Photo à droite: Un Verdier d'Europe imprégné par un Cochon d'Inde, © Jürgen Kotva